Haut.
Bas



 

 Note : Ne jamais réveiller le chat qui dort. _Blake Wheeler

Blake Wheeler
Blake Wheeler


Inscrit(e) le : 01/04/2015
Messages : 10

Note : Ne jamais réveiller le chat qui dort. _Blake Wheeler Empty
Dim 5 Avr - 18:21
Wheeler
Blake

  • Faction de naissance : Érudits

  • Code du règlement : Validey by Winter Smile

  • I.

    Par l'entrebâillement de la porte, je pouvais voir papa et maman se disputer à cause de moi. Qu'avaient-ils donc fait pour avoir une enfant telle que moi ? Une enfant turbulente qui n'est bonne qu'à tirer les cheveux de ses camarades et à dormir en classe ? Une enfant de 8 ans à la mine butée qui n'attirait que les ennuies ? Eux qui sans moi seraient tellement plus heureux....
    Le coup du sort les avaient fait se rencontrer il y a une dizaine d'années. Ils s'aimèrent au premier coup d’œil... Trois ans plus tard, j'étais née. Un bébé - à présent un intrus - qui partagerait leur vie banale. Ma mère rayonnait sur la photographie qui à présent, gisait sur le sol, le verre du cadre ayant volé en éclat. Ils avaient tellement en commun... et maintenant... maintenant, la seule chose qui les rattachait, c'était moi, la raison du conflit dont la cuisine était le théâtre depuis maintenant une bonne heure.
    J'enchaînais les catastrophes. Pas plus tard que ce matin, j'avais accidentellement cassé le bras d'un garçon qui m'avait défié au bras de fer. La semaine dernière, j'avais repeins les murs de la classe avec sang d'un de mes camarades dont la passion était de me brutaliser depuis des semaines... Je ne faisais pas exprès, la plupart du temps...
    Père ou mère est un statue habituellement gratifiant. Pas dans le cas de mes parents... Regrettaient-ils ma naissance ?
    Des larmes perlèrent au coin de mes yeux. Mes oreilles bourdonnaient. Leurs cris ne finiraient-ils donc jamais ?





    II.

    Assénai mon poing dans la figure de mon adversaire. Il voulu me rendre mon coup, mais déjà, je bloquai son attaque avec mes bras et lui donnai un coup de genoux dans l'estomac. Il tenta de rependre son souffle, genoux à terre. Ce gars était le stéréotype de la petite frappe pourrie gâtée, et il m'avait insulté, il devait payer. Je levai ma jambe, prête à tatouer l'empreinte de ma semelle sur la figure de cet ignoble individu quand des bras se refermèrent autour de ma taille. Je me débâti.

    - Arrête Blake, on s'en va, tu vas avoir des problèmes.

    Si ça n'avait pas été Austin, la seule personne qui m'appréciait au sein de cette faction, il aurait fini dans le même état que mon agresseur verbale, qui se tordait de douleur sur l'asphalte.
    Il m’entrena dans un coin tranquille.

    - Tu es au courant que ce n'est pas normal d'être capable de mettre quelqu'un au tapis à 12 ans ? Il faut vraiment que tu arrêtes de te battre avec tous ceux qui te regardent de travers, ça pourrait très mal finir, un de ces jours.


    Je savais pertinemment qu'il avait raison. Il s'inquiétait pour moi et ça me faisait chaud au cœur... mais j'étais irrécupérable... ce qui m'amena à répondre de manière tout à fait puérile :

    - Il m'a insulté, Austin ! Tu aurais fait pareil admet le !


    C'était faux, il aurait prit sur lui, comme tout le monde.

    - Euh... non... en fait je crois que je lui aurait montré le dessin que tu as fait hier. Son cœur se serait tout de suite arrêté de battre.

    Il essayait de me remonter le moral, ça marchait : j'éclatai de rire. J'étais absolument nulle pour tout ce qui touchait à l'art, et le dessin en question dépassait les limites de l'affreux.

    - Je sais, je suis une artiste dans l'âme ! répondis-je avec une arrogance feinte

    J'allais continuer sur ma lancée quand des voix sévères crièrent mon nom. Je pâli.

    - Il faut qu'on se tire !

    Je me levai et courrai à en perdre haleine, suivie d'Austin qui peinait à garder la cadence. Tentative de fuite que j’admets futile puisqu'il n'y avait nulle part où aller.




    III.

    La chemise bleue qui arborait mon nom écrit en lettres capitales, claqua sous mon nez. L'érudite, qui visiblement, venait d'abandonner tous ces principes pour focaliser son attention sur mon cas, que le contenu de cette pochette dramatisait amplement, gardait fixé sur moi ses yeux où brillait un agacement autant évident que justifié.

    - Blake Lena Wheeler...
    commença-t-elle.

    Dans sa bouche, mon nom complet résonnait comme une maladie incurable qui lui aurait fait horreur. Si seulement j'avais réellement pu être une terrible maladie.... Je me serais fait une joie de la contaminer pour échapper à ce énième entretien visant à me faire culpabiliser. Je relevais la tête, le visage impassible, prête à endurer ce sermon. Si elle avait eu le droit de me gifler, elle l'aurait fait en hésiter, j'en était certaine, ma tête avait le don d'énerver les gens.

    - Tes notes sont catastrophiques, tu fais des erreurs si.... si.... Enfin quand même ! Ne pas connaître le nom de chaque partie du cerveau humain... c'est lamentable ! Est-ce que tu t'en rend compte ? Et encore, si il n'y avait que ça ! Tu t'endors dans la bibliothèque, et pas par surmenage ! Tu n'avais même pas ouvert le livre sur lequel tu devais travailler ! Et plus tard, tu frappes délibérément un de tes camarades au visage ! Ses parents sont furieux.

    Voyant que je ne réagissais pas, elle abattit son poing sur la table.

    - Blake !

    Oui, je vous écoute, madame Collins, et à vrai dire, je n'en ai rien à faire ! Ce sale gosse n'avait qu'à bien se tenir ! Et puis ce n'est rien, une petite ecchymose ! C'est bleu, de quoi il se plaint ? Il ne porte que ça !
     Évidemment, ce n'est pas ce que j'ai dit. C'était le moment où j'étais censée m'excuser, et me repentir de mes actes, confessant mon mal-être vis à vis de cet événement. Mais aujourd'hui, je n'étais pas d'humeur à jouer à ce jeu là. Je me contentais donc de prononcer un « Pardon » à peine audible.
    Ma professeure soupira et se massa les tempes.

    - Écoute, si tu ne te calmes pas bientôt, il va falloir que nous avisions... à une solution plus... radicale...

    Que voulait-elle dire par là ?

    - Tu as toujours eu beaucoup de mal à t'intégrer et à te plier au règles de cette faction, qui visiblement ne te convient pas. Si je ne me trompe pas, la cérémonie des choix est pour toi, dans quelques mois. J'aimerais que tu te tiennes à carreaux d'ici là... s'il te plait... Blake ?

    Je capitulais. Ses grands yeux sombres cherchaient les miens, qui à l'inverse, étaient d'un gris terne. Douze petits mois... après tout, ce n'était rien. Je dois avouer que ce qui avait fait pencher la balance, c'était surtout les menaces.

    - Merci, Blake. Tu comprends bien que je suis dans l'obligation de parler à tes parents.




    IV.

    J'attendais, affalée sur mon lit d'un bleu parfaitement uniforme, que je haïssais tant. J'ai toujours détesté cette couleur qui imprégnait le moindre élément de ce secteur. Je détestais ces affreuses vestes cintrées autant que les jupes droites que l'on me forçait à porter lors des grandes occasions, sous prétexte que je devais être « présentable ». Avait-ils à ce point honte de moi ? Personne n'avait jamais eu le moindre doute sur mon avenir : Je changerai de faction. J'étais à leurs yeux une vulgaire coquille dénuée de toute intelligence. Une personne aussi stupide que moi n'avait pas sa place, ici. Loin de moi l'idée de vouloir rester cloîtrée ici, parmi tous ces gens vêtus de bleu, imbus d'eux mêmes.
    Je passai mais main dans mes cheveux courts avant de tirer de sous mon oreiller le dossier à mon nom. Il y avait effectivement meilleur cachette, surtout pour un objet que j'avais volé quelques heures plus tôt dans le sac couleur outremer de cette chère madame Collins. Je me plongeais dans la lecture assommante de ses papiers préjudiciables écrits avec des mots tarabiscotés, je laissai néanmoins bien vite tomber cette tâche nocive à mon encéphale – Voyez, je ne suis peut-être pas une lumière, mais j'ai tout de même le vocabulaire minimum, nécessaire à la survie dans cette jungle hostile où le savoir est roi. Mais dorénavant, ça n'aurait plus d'importance. Cette chemise contenait toutes les informations possibles et inimaginables sur ma personne, qui dans quelques jours serait morte, laissant la place à la nouvelle Blake, celle qui sera assise sur le banc des audacieux. Le résultat du teste allait me donner ce résultat dans l'après-midi, j'en étais certaine.  Je me levai et jetai la pochette cartonnée dans la cheminée, regardant les flammes réduire en cendres le condensé de 16 ans de ma vie.


    Blake est une gamine plutôt attachante dans son genre, ayant grandi avec le qualificatif de « turbulente », obtenu en raison de ses nombreuses altercations. Certains évacuent leurs sentiments par les larmes, Blake le fait par la violence. Elle ne s'ouvre pas au autre, préférant se constituer un masque d'impassibilité ou d'insolence, en fonction de la situation. Elle est active et présente d'excellentes capacités physiques, à l'inverse de son côté artistique et sociable absolument pas développé. La liste de ces défauts est encore longue : elle est tête de mule et son intellect est relativement limité, surtout pour une érudite. Elle a désespéré tous les malheureux qui ont un jour tenté de lui enfoncer de force un peu de plomb dans le crâne. Elle n'a aucun frère ou sœur, pour la simple et bonne raison que ses parents en ont suffisamment bavé avec elle pour vouloir retenter l'expérience. Son incompétence à se comporter en bonne Érudite reste un mystère complet.  Et même si tout le monde s'accorde à dire qu'elle mériterait une bonne claque, Blake n'en reste pas moins une enfant sympathique dont la compagnie est plaisante.

    Le test

    La salle du test était une salle lumineuse et couverte de miroirs. Seuls trônaient au centre de la salle un fauteuil incliné et une machine, à côté de laquelle l'opérateur me faisait signe d'approcher.
    Un fois installé(e) sur le fauteuil, il posa sur mon front des électrodes et me tendit une fiole d'un liquide de couleur claire.
    "Cul sec !"
    ****

    Sur une table sont posés un morceau de fromage et un couteau. Une voix vous demande d'en choisir un. Choisissez-en un !
    Un molosse enragé apparaît soudain. Que faites-vous ?

    ****

    La scène disparaît. Vous êtes maintenant dans un autobus. A côté de vous, un homme patibulaire et visiblement énervé lit le journal, sur lequel vous pouvez lire qu'un meurtrier, au visage qui vous est familier, a été arrêté. L'homme se tourne vers vous et vous demande si vous connaissez le meurtrier. Que répondez-vous ?
    Il insiste en vous indiquant que vous pourriez lui sauver la vie en l'aidant. Que faites-vous ?



    - Bonjour.

    L'homme qui devait me faire passer le teste d'aptitude ne m'accorda pas un seul regard quand j'entrai, bien trop occupée à noter je ne sais quoi sur son calepin. Soit il m'ignorait, soit il ne m'avait pas vu. Dans tous les cas, ça m'énervait. Je réessayai :

    -Bonjour.

    -Allongez-vous là dessus. il m'indiqua le fauteuil incliné du capuchon de son stylo, encore une fois sans lever les yeux de ses papiers.

    -Bonjour. insistai-je, bien décidée à me battre pour obtenir une réponse.

    L'audacieux mit fin à ses réflexion pour me jeter un regard glacial, comme le mien en cet instant. Il comprit que nous étions aussi têtus l'un que l'autre et lâcha enfin une espèce de « B'jour... » à moitié mangé, en guise de salutations, et ça me suffisait. Comme quoi, dans la vie, quand on veut quelque chose, il faut persévérer ! En contrepartie, j’obtempérai et m'allongeai sur le fauteuil mit en évidence au centre de cette pièce bien trop vide à l'éclairage bien trop puissant. Ce n'était pas le moment de se poser ce genre de questions, mais travailler toute la journée sous une telle lumière dégradait la vue ? Ce qui expliquerait le port excessif de lunettes dans ma faction. Et puis, pourquoi couvrir les murs de miroirs ? L'architecte n'avait-il donc aucun sens de l’esthétisme ?
    Je ne pu continuer à m'interroger sur les goûts douteux du créateur car l'audacieux posait des électrodes sur mon crâne et semblait avoir rayer le mot « délicatesse » de son vocabulaire, à mon avis restreint. Quand il eu enfin fini de se la jouer bourrin malpoli, il me tendit une fiole remplie d'un liquide couleur claire.

    -Cul sec !

    Il n'était pas sérieux, tout de même ? Qui me disait que ce n'était pas un stratagème pour m’empoisonner ?  Non, parce que ça avait l'air tout sauf buvable ! Mais bon, je n'allais pas lui donner le plaisir de s'imaginer que j'étais une gamine couarde. Je lui arrachai le poison potentiel des mains, l'avalai d'une traite et fermai les yeux, appréhendant une soudaine brûlure d'estomac, qui a mon grand soulagement ne vint pas. Je me détendis peu à peu.

    -Choisi.


    Qui osait déranger ma tranquillité ?  J'ouvris les yeux pour découvrir que j'étais absolument seule dans la salle... qui n'était d'ailleurs plus la même. J'étais toujours allongée au centre mais il n'y avait plus la grosse machine à mes côtés, l'audacieux avait disparu (ce qui n'était pas pour me déplaire). Comment était-ce possible ? Je m'écartais à la hâte du fauteuil, complètement paniquée, avec la même idée qui tournait dans ma tête : Je le savais, c'était du poison, j'aurais jamais du le boire ! Ça doit être une espèce de breuvage hallucinogène !
    Il y avait devant moi, une table ou étaient posés un couteau et un morceau de fromage. Mais c'est quoi ce délire ??? Je suis censée faire quoi ? Couper une tranche de fromage ??? Pitié, que quelqu'un vienne m'aider !

    -Choisi, répéta la voix.

    Entre un morceau de fromage et un couteau ? J'aurais bien voulu avoir quelques précisions, mais puisque personne ne semblait disposer à m'en donner, je choisi l'arme, c'était plus rassurant d'avoir un couteau sur soi qu'un morceau de fromage.
    Un grognement résonna dans mon dos. Je me retournai, soudain certaine d'avoir fait le bon choix.
    Un énorme chien m'observait, les yeux vides de toute expression, un filet de bave dégoulinant de sa gueule. Absolument pas hygiénique... Mes doigts se crispaient sur le manche du couteau. J'ai toujours eu horreur des animaux. Si cette sale bête baveuse s'avisait de me m'attaquer, elle finirai avec une lame enfoncée dans la trachée. Je fixai la créature, sondant ses iris à la recherche d'une lueur de vie. C'est pas normal... il fiche les jetons, on dirait un revenant.... Je ne laissais néanmoins rien paraître, l'animal devait comprendre qui était le maître. Je devais le contrôler, devenir le mâle - la femelle, en l’occurrence – alpha. Le chien grogna de plus belle et me sauta à la gorge. Je tombais à la renverse et hurlai :

    -Saleté ! Vire de là, tu me baves dessus, t'es en train de saloper mon t-shirt !!

    Je repoussai sa tête du mieux que je pouvais alors qu'il s'acharnait à mutiler mes bras désormais en sang. Je posai mon pied sur son ventre et le projetai en arrière. Je me remis sur pied pendant qu'il revenait à la charge. Mais cette fois, j'étais prête. Je plongeai sur lui, mon couteau levé dans sa direction. La lame lui transperça le crâne, il s'écroula. Je retirai mon arme, ne prêtant pas attention aux gouttes de sang chaud qui giclaient sur mon visage.

    La scène disparu d'un coup. J'étais assise dans un autobus, le couteau toujours entre les mains. Mon voisin était plongé dans la lecture d'un journal et semblait ne pas avoir remarqué ma brusque apparition. Le portrait d'Austin était imprimé en grand sur la première page en dessous de l'inscription « Le meurtrier à été arrêté ». Austin ? Un meurtrier ? Laissez-moi rire... On aurait dit qu'il avait au moins dix ans de plus... Ça ne pouvait pas être lui. Il était incapable de disséquer une grenouille.

    -Vous le connaissez ? me demanda l'homme assis sur le siège d'à côté, les sourcils froncé, visiblement en colère.

    Je n'en avait aucune idée. Oui, je le connaissais. Non, je ne le connaissais pas. Ce n'était pas le même Austin qui avait partagé mon enfance, mais j'avais l'impression que c'était lui. Je contournai la question.

    -Et vous ?

    Cette réponse était nulle, j'aurais pu trouver mieux.
    Il agrippa mon bras.

    -Je vous en prie, vous pourriez me sauver la vie en m'aidant ! insista-t-il en criant

    Je me dégageai de son emprise.

    -Si votre vie est menacée, je veux bien vous aider, mais il va falloir vous calmer, mon vieux !
    m'emportai-je en donnant un coup de couteau dans l'accoudoir pour me calmer et lui montrer qui si c'était un piège ou une blague, il allait le regretter !

    Qu'avaient-ils tous, aujourd'hui, à être énervant, comme ça ?

    Une fois de plus, la scène disparue, et je me retrouvais de retour dans la salle du test... l'audacieux à mes côté. Il ne m'avait pas manqué, celui-là.
    Zoé Stormwatter
    Zoé Stormwatter

    Modératrice

    Inscrit(e) le : 25/12/2014
    Messages : 97
    Localisation : Là où il y a de l'action.

    Fiche I.D.
    Faction: Audacieux
    Statut: Natif
    Métier: Membre des forces spéciales

    Note : Ne jamais réveiller le chat qui dort. _Blake Wheeler Empty
    Dim 5 Avr - 18:36
    Bonsoir et bienvenue officiellement sur le forum.

    Comme je te l'ai déjà fait remarqué sur la CB, ton avatar n'est pas à la bonne taille et je me souviens que tu m'as dis que tu aller gérer cela. Ensuite, en ce qui concerne le code dans le règlement, il te manque un morceau pour que tout soit bon. Sur ce, je t'invite à contacter un membre du staff si tu as des questions.

    Bonne soirée et joyeuses Pâques.
    Kate Tinúviel
    Kate Tinúviel

    Modératrice

    Inscrit(e) le : 25/12/2014
    Messages : 124
    Age : 21
    Localisation : Derrière toi, un poignard à la main et un sourire sadique sur les lèvres

    Fiche I.D.
    Faction: Audacieux
    Statut: Transfert
    Métier: leadeuse

    Note : Ne jamais réveiller le chat qui dort. _Blake Wheeler Empty
    Lun 6 Avr - 14:41
    Bienvenu!

    EDIT : Alors, le caractère est vraiment, vraiment vide. Ce qu'il faut, c'est dévoilé son caractère d'enfance, une fois adulte on change tous x)

    _________________
    Note : Ne jamais réveiller le chat qui dort. _Blake Wheeler 1425142394-kate
    Experiment Control
    Experiment Control

    Compte PNJ

    Inscrit(e) le : 15/02/2015
    Messages : 70

    Note : Ne jamais réveiller le chat qui dort. _Blake Wheeler Empty
    Ven 10 Avr - 6:17
    Sous réserve des remarques de Kate ci dessus. ..
    Le résultat du test d'aptitude
    Ton test d'aptitude a conclu que tu es un(e)
    Audacieuse

    Il est maintenant temps de retourner rejoindre tes camarades. Même si ta voie semble toute tracée, prends le temps de réfléchir et repose-toi bien. Demain a lieu la cérémonie du choix.
    Blake Wheeler
    Blake Wheeler


    Inscrit(e) le : 01/04/2015
    Messages : 10

    Note : Ne jamais réveiller le chat qui dort. _Blake Wheeler Empty
    Dim 19 Avr - 19:23
    Wheeler
    Blake
    Note : Ne jamais réveiller le chat qui dort. _Blake Wheeler Blake_10

  • Faction : Audacieux
  • Âge : 21 ans
  • Métier : ICI

  • Blake possédait des cheveux d'un brun terne, relativement longs, dans son enfance. Elle les a ensuite coupés à la garçonne pour provoquer ses parents. Depuis, ils sont toujours en bataille, refusant de se discipliner, exactement comme Blake, petite. Elle n'a pas beaucoup changé depuis cette époque : toujours aussi impulsive et bornée. Ces deux traits de caractère sont nettement visibles sur son faciès. Son visage est rectangulaire et allongé, avec des pommettes hautes. Blake est une femme très belle, si on prend le temps de la regarder vraiment, sans s'arrêter uniquement sur ses yeux gris d'une froideur extrême, soulignés par un maquillage charbonneux exagéré. Son allure est plutôt féminine, à l'inverse de son comportement ; elle est mince, de taille moyenne, et n'étant pas large d'épaules, presque toutes les robes lui vont à ravir, en dépit de ses cheveux extrêmement courts. Cependant, dans son cas, porter une robe dépasse les limites du bon sens. Sa plus grande peur serait la joie de centaines de femmes : tomber amoureuse, se marier et fonder une famille. Avoir un enfant... là ou les autres y voient une joie infinie, Blake y voit une tragédie titanesque. Si un homme osait l'approcher de trop près, avec des motivations louches, il aurait l'occasion de tester la force de Blake.
    Elle est sportive, rapide, puissante et incroyablement persévérante si l'enjeu est suffisamment intéressant. Elle n'aime pas s'encombrer des problèmes des autres, mais finira par craquer si la personne d'en face insiste. Sa loyauté est sans faille envers ceux qui le méritent, et jamais elle ne trahirait une promesse.

    Blake contempla son reflet avec satisfaction, une paire de ciseaux entre les mains. De longues mèches de cheveux jonchaient sur la moquette bleue de la chambre.

    C'est fou ce que je me sens plus légère, s'étonna-t-elle. J'aurais dû les couper plus tôt ! Pourquoi diable maman me forçait-elle a garder mes cheveux longs ? C'était hideux, en plus.... Là, c'est cool ! J'ai trop la classe, comme ça ! Aha, j'ai hâte de voir la tête de papa et maman, ils vont tomber en syncope, si ça se trouve ! Se serait un peu comme ma vengeance... il n'y a pas à dire, c'est vraiment du sadisme de forcer une innocente gamine comme moi à supporter le poids de cheveux d'un mètre, quand je peux être tellement plus jolie avec quelques longueurs de moins...

    Blake tourna la tête pour avoir une meilleur vue sur le côté de son crâne. Elle s'extasiait sur sa nouvelle allure tout en chantant ses propres louanges. Cette activité laissait transparaître chez elle, une facette dont personne n'aurait soupçonné l’existence.

    Adieu, Blake l'Érudite ! Dans quelques minutes je serai Blake l'audacieuse ! Et personne ne m'empêchera de faire ce choix !

    Elle leva les yeux sur l'horloge suspendue au mur pour vérifier dans combien de temps exactement Blake l'Érudite disparaîtrait.

    Tic Tac...

    Surprise...
    Il fallait s'en douter...  Sa petite crise de narcissisme lui avait fait perdre la notion du temps. Il ne lui restait plus qu'à courir.

    Rien n'est plus stressant qu'une montre, surtout quand on est en retard. Les aiguilles tournaient dans le cadran. Comment pouvaient-elles garder un rythme aussi régulier, tandis que les battements du cœur de Blake s'accéléraient, chaque secondes un peu plus ?

    Blake dévalait les marches de l'escalier principale en se maudissant : Viiiiite ! Dix minutes de retard, mais quelle idiote ! C'est pas possible !
    La porte n'était plus qu'à quelques mètres devant elle. Si elle se dépêchait, avec un peu de chance, personne ne remarquerai ce petit temps de retard, qui, en prenant du recul (beaucoup de recul), n'était pas si important que ça...
    Elle poussa le battant de la porte, qui s'ouvrit à la volée sur une assistance perplexe, faute d'une résistance bien moindre que prévu de la part de ce portique .
    Aïe.... Blake grimaça.

    Arriver en retard n'était vraiment pas judicieux... et cerise sur le gâteau : Blake venait de déranger la cérémonie du choix par sa brutale irruption dans la pièce. La totale.
    Vite ! Dire quelque chose ! N'importe quoi!

    -Ne vous arrêtez pas pour moi, merci. Faites comme si j'étais à l'heure.

    Blake alla s'installer le plus naturellement du monde sur une place libre à côté de ses parents, ne semblant pas remarquer la gêne générale. Elle salua discrètement ses voisins.

    -Bien... continuons...  , bégaya la femme chargée du bon déroulement de cette cérémonie, fondamentale à la société. Donc... je disais... Ah oui ! Terry Helton, Sincère !

    Elle jeta un coup d’œil à sa liste avant d'appeler la personne suivante.

    -Blake, mais qu'as-tu fais à tes cheveux ?  Et ces vêtements ? Tu as découpés tes vêtements ?chuchota Laure Wheeler à sa fille, mécontente du dérangement occasion par celle-ci. Mais qu'ai-je fait pour avoir une enfant pareille ? Je te préviens, il va falloir te ressaisir, je refuse d'être catégorisée comme la « Mère-de-la-honte-des-Érudits ».

    -Ne t'en fait pas pour ta réputation : je change de faction. répondit Blake du tac au tac

    -Je te demande pardon ? s'affola Laure, choquée par cette soudaine nouvelle.

    -Tu m'excuseras, c'est mon tour.

    Elle se leva, jetant un regard froid à sa mère, qui n'hésiterait pas à la sacrifier au nom de l'honneur. Elle descendit les marches d'un pas assuré, la tête haute et s'arrêta devant les cinq coupes reposant sur un piédestal. Dans l'une se trouvait des galets, symbolisant à merveille la simplicité des Altruistes. Dans une autre, des morceau de verre, aussi transparents que les Sincères qui, en théorie, ne cachaient rien. On avait ramassé de la terre pour les Fraternels, qui d'après Blake auraient dû choisir une quelconque drogue à présenter, vu leur sourire béat. L'eau était pour les Érudits, faction tant haïe de la jeune fille. Et enfin, dans la dernière coupe, on avait placé des charbons ardents. Blake saisit la lame qu'on lui tendait et s'entailla légèrement la main, répétant le même mouvement que les jeunes passés avant elle. Son choix était fait. Elle laissa s'écraser les perles de sang qui gouttaient de sa paume sur les charbons ardents. Elle se retourna soudainement et fit la pire de ses grimaces en direction du rang des Érudits provoquant les rires de ses nouveaux compagnons et les murmures d'indignation du reste de l'assemblée.

    -JEUNE FILLE ! La réprimanda la même femme qui l'avait appelée sur l'estrade et à qui elle rendit un sourire radieux. Euh.. Blake Wheeler, Audacieuse... Elle se débarrassa rapidement de Blake et appela le suivant, n'attendant même pas que les acclamations des Audacieux cessent.


    * * *


    -Bravo ! Escalader, sauter du train... c'était très bien ! Mais c'est pas fini, et c'est là que ça devient marrant. Expliqua un Audacieux couvert de tatouages rouges et noirs. Il va falloir sauter si vous voulez être des nôtres ! Alors, qui veut commencer ?

    Silence total.
    Blake se pencha, histoire de mesurer les risques auxquels elle s'exposait si elle sautait. Cependant, difficile de déterminer ce qu'il y avait en bas. Tout ce qu'elle voyait, c'est un énorme trou avec du béton autour. Si elle s'écrasait à côté, elle mourrait, si elle passait dans le trou, elle ne savait pas. Si il y avait de l'eau, elle pourrait tout de même se blesser, si il y avait un filet, elle risquait aussi de se faire mal, et si il n'y avait rien, c'était du suicide : elle n'avait jamais su voler.

    -Toi, saute !

    -Moi ? Blake releva la tête

    -Oui toi !

    Heiiin ?? Pourquoi moi?? Elle regarda derrière elle, tout le monde avait reculé d'un pas.. sauf elle qui s'était avancée pour regarder dans le vide... logique qu'on lui demande de passer la première. Bon.. j'ai pas tente-six mille solutions... je saute.. ou je me fais tuer par le tatoué.. qui n'a pas du tout l'aire commode. Je suppose que ça passe pas si je lui demande d'y aller en premier. Bon.. pas le choix, quand faut y aller, faut y aller!
    Elle arracha le sac des mains de l'Audacieux pas commode et le jeta dans le vide. C'était le seul objet relativement lourd à porter de main, pouvant servir de teste. Il n'y avait eu aucun bruit à part un léger rebondissement. Il y avait donc bien quelque chose en dessous, mais c'était pas de l'eau. C'était forcément un filet.

    -NON MAIS CA VA PAS ? S'énerva sérieusement l'homme en rouge.

    Elle ne s'excusa même pas, pourtant bien consciente que les représailles allaient être douloureuses, et sauta sans, priant pour atterrir en un seul morceau.

    L’atterrissage lui coupa momentanément le souffle. Un légère douleur à l'épaule. Bon signe : preuve qu'elle n'était pas morte durant la longue chute forcée.
    L'endroit était très étrange... une espèce de grotte. Elle se demanda comment était aménager l'intérieur. L'idée de vivre dans une caverne boueuse, comme les hommes barbus vêtus de fourrures, dessinés dans les livres d'Histoire, ne lui plaisait guère... Quelqu'un la tira par le bras pour la ramener vers le bord, mettant par la même occasion fin élucubrations.

    -Je crois qu'il t'en veut. Dit une fille assise un peu plus loin en regardant le ciel.

    -Il est toujours aussi bruyant ? Demanda Blake à cette dernière, quand elle se rendit compte qu'elle pouvait nettement entendre les atroces vociférations de l'Audacieux au sac (qu'il n'avait plus, d'ailleurs,  puisque jeté par dessus-bord pas Blake un peu plus tôt). Je plains les pauvres oreilles de ceux qui sont restés là-haut....

    -En même temps, qu'elle brillante idée de balancer son sac dans le vide. Ironisa celui qui l'avait tirée hors du filet. Ça nous a fait un choc, on s’attendait à voir quelqu'un tomber en criant, mais non ! Un Sac-à-dos dont la moitié du contenu a fini dans l'eau... il ne risque pas de t'aimer, c'est certain.

    Blake regarda le filet. Effectivement, un cours d'eau passait en dessous, et on voyait diverses objets faire trempette, se laissant guider par le faible courant.  



    Et toi derrière l'écran...Bonjour, mon surnom le plus utilisé est Suika (si tu veux m'en trouver un autre, surtout ne te gêne pas, bien au contraire ! ), et je suis jeune. J'ai découvert le forum par un topsite et je le trouve accueillant !
    (c) Asmareth
    Rebecca Cross
    Rebecca Cross

    Fondatrice & Sincère

    Inscrit(e) le : 26/10/2014
    Messages : 233

    Fiche I.D.
    Faction: Sincère
    Statut: Transfert
    Métier: Assistante du représentant de la faction

    Note : Ne jamais réveiller le chat qui dort. _Blake Wheeler Empty
    Jeu 28 Mai - 6:17
    Bonjour Blake,

    Cela fait un petit moment que nous n'avons pas eu de tes nouvelles. Tu as besoin d'un coup de main pour ta fiche ? Smile
    http://healing-genes.forumactif.org
    Blake Wheeler
    Blake Wheeler


    Inscrit(e) le : 01/04/2015
    Messages : 10

    Note : Ne jamais réveiller le chat qui dort. _Blake Wheeler Empty
    Dim 14 Juin - 15:59
    Normal, c'est le calme avant la tempête !
    Plus sérieusement, je me débat avec ma fiche et j'avance aussi lentement qu'un escargot. Mais ça va, avec un peu de chance, j'aurais fini d'ici la fin de l'année scolaire !
    Zoé Stormwatter
    Zoé Stormwatter

    Modératrice

    Inscrit(e) le : 25/12/2014
    Messages : 97
    Localisation : Là où il y a de l'action.

    Fiche I.D.
    Faction: Audacieux
    Statut: Natif
    Métier: Membre des forces spéciales

    Note : Ne jamais réveiller le chat qui dort. _Blake Wheeler Empty
    Lun 15 Juin - 7:58
    Bonjour !

    Ok ! Alors, bon courage pour la fin de l'année scolaire et la fin de ta fiche.

    Bonne journée.
    Zoé Stormwatter
    Zoé Stormwatter

    Modératrice

    Inscrit(e) le : 25/12/2014
    Messages : 97
    Localisation : Là où il y a de l'action.

    Fiche I.D.
    Faction: Audacieux
    Statut: Natif
    Métier: Membre des forces spéciales

    Note : Ne jamais réveiller le chat qui dort. _Blake Wheeler Empty
    Lun 24 Aoû - 14:57
    Bonjour !

    Nous sommes restées longtemps sans nouvelles, la fiche est déplacée dans les fiches rejetées.

    Bonne journée.
    Zoé Stormwatter
    Zoé Stormwatter

    Modératrice

    Inscrit(e) le : 25/12/2014
    Messages : 97
    Localisation : Là où il y a de l'action.

    Fiche I.D.
    Faction: Audacieux
    Statut: Natif
    Métier: Membre des forces spéciales

    Note : Ne jamais réveiller le chat qui dort. _Blake Wheeler Empty
    Dim 4 Oct - 11:55
    Salut !

    Fiche déterrée.

    Bonne journée.
    Contenu sponsorisé


    Note : Ne jamais réveiller le chat qui dort. _Blake Wheeler Empty

     Note : Ne jamais réveiller le chat qui dort. _Blake Wheeler

    Page 1 sur 1

     Sujets similaires

    -
    » Le réveil du chat
    » NOTE D’INFORMATION Chef de Mission et Porte-parole pour l’OIF au GABON L
    » Chat méchant
    » Le chat qui n'existait pas...
    » [skin]Magie sur ma skin de chat
    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum